July 30, 2014

Les plantes psychoactives et l'Alchimie

(Avertissement : Je tiens à dire que je ne fume, ni ne pratique les drogues de manière habituelle, et tout ceci c'est fait en parfaite légalité à Amsterdam, lieu où ces substances sont parfaitement tolérées. Je n'incite ni ne recommande ces pratiques, qui sont illégales en France. Ces expériences sont relatées dans le seul but informatif et à portée philosophique, je ne recommande évidement pas l'usage de substances).

Après avoir fumé un peu de cannabis (léger pour être high) voici ce que j'ai vu et compris :
Je vois un sadhu avec dreadlocks qui fume un pétard géant.
Il le tourne vers moi et je le vois qu'il m'invite à fumer. J'inspire trois fois cette fumée/énergie. Je ressens un choc dans mon aura. Je sais que je viens d'inspirer en moi sa force. Je pense que c'est un contact avec l'Archétype même du Sadhu qui ne fait qu'un avec la plante cannabis.


Je comprend alors que la fumée agit comme un médium entre le "ciel", son milieu naturel, et le monde d'ici bas. Il s'agit d'une sublimation, et la fumée nous fait monter avec elle très haut.
La fumée nous permet, avec la substance hallucinogène, le THC, de monter vers Dieu. En somme, toutes les substances hallucinogènes ne sont qu'une seule substance hallucinogène, mais cuite à un niveau différent. Elles sont un Mercure. Et tous les mercures ont la faculté, comme l'alcool, l'éther par exemple, de faire tourner la tête, de donner un effet "psychotrope" plus ou moins marqué en fonction de leur dose "d'air" ou de Mercure. 

La fumée fait un pont sur lequel nous marchons pour pouvoir aller au plus haut, et plonger en Dieu. Elle permet de nous "élever", mais aussi de capter, d'ancrer ici bas, cette énergie si spéciale.
Elle nous ouvre et nous donne alors accès à quelque chose que nous ne pouvons pas toujours capter de manière naturelle.
Non qu'elle ne nous ajoute quelque chose que nous n'avons pas, elle nous enlève justement les blocages que nous avons en trop et qui nous bloquent dans nos perceptions.

L'idée est de dépasser cette substance externe, et de réussir par soi même, à aller aussi haut. Car nous ne pouvons aller plus haut que le degrés de coction du soufre de la plante elle même ... ceci nous limite donc en partie dans l'expérience que nous pouvons en faire.

Il faut aussi comprendre que l'intention que nous avons lorsque nous fumons est très importante, elle va orienter notre esprit, et faire en sorte que la plante travaille sur nous dans une direction différente de celle que beaucoup de gens prennent, et qui ne mène à rien, si ce n'est se perdre. Utiliser ces plantes pour s'amuser n'est pas mon objectif. Normalement, l'alcool, le tabac, les plantes psychoactives sont sacrées, et sont utilisées dans des cadres sociaux, et rituels très précis, ce sont souvent les alliées du shaman, du guide, du guérisseur, du sage. Mais dans notre société, elles ne sont que business et défonce, amusement, oubli de ses soucis, fuite de la réalité.

Le Nagual, ou l'autre monde, n'offre que ce qu'il est, que ce qu'il a. Le Tonal, le monde d'ici bas, n'a pas a être fuit par les plantes. Mais il peut être compris sous un autre angle, les deux monde sont reliés fermement. Et les plantes permettent de faire la jonction.

Les plantes psychoactives sont très probablement les plantes les plus "mercuriennes" qui existent. Elles sont possiblement les plus évoluées de ce règne. Elles s.ont un "rêve" (chaque plante et gemme, etc, à un monde à soi, un rêve), qui est plus vaste que d'autres plantes. Plus une plante a de DMT ou de substance active, plus son rêve est haut.
Ces plantes sont des alliées sporadiques à l'ouverture spirituelle, à la guérison psychique, énergétique, physique. Elles nous portent avec elles, et grâce à leur mercure, elles pénètrent aussi bien les royaumes les plus haut que les plus bas, les plus extérieurs que les plus intérieurs. Et notre conscience est transportée avec elles. Comme ce sont des esprit intelligent et conscient, emplis de sagesse, elles lisent en nous et comprennent ce dont nous avons besoin. Une fois ingérées, peu importe sous quelle forme (fumée, tisane, jus, onction ...) elles pénètrent notre système et dilatent nos canaux. Ce qui était bloqué ressort, l'esprit est transporté et nous recevons des enseignements.

Peut on penser que ces plantes sont des sortes de Pierre Philosophales végétales ? La question se pose. Nous ne pouvons techniquement pas dire "oui", elles le sont. Cependant, leur degré de puissance, leur esprit de sagesse font entrevoir une grande maturité dans ces plantes qui sont très amicales et pleines d'amour. Mais elles ne sont pas pour autant parfaite... Donc je dirais que oui, et non. Elles sont pourtant bien une faculté à nous faire ressentir des états spirituels très particuliers comme l'oubli de la personnalité et de la réalité du monde. Ce qui est initiatique, et aussi plus vaste que ce que nous sommes. Ces expériences d'oubli de soi rappellent la question primordiale Divine d'avant la création : Qui suis je ? 

Lors de l'Amsterdam Alchemyforums Congress de la semaine dernière, j'ai participé à la prise de truffes psychotropes (les plus fortes, et nous avons ingérés 25 grammes, plus fumé un mélange de plantes permettant d'augmenter l'effet à peu près une heure et demi après ingestion). L'expérience à durée environs 7 heures. C'est de là que je retire ces compréhensions ici exposées.

Un des participant a fait l'expérience de l'oubli de soi. La panique peut se faire sentir, et la perte totale de repères est effrayant. Il ne savait ni qui nous étions, ni où il était. Les choses n'avaient pas de réalité.

Chaque personne présente dans le groupe, nous étions 6, avaient fait je crois au moins une fois cette expérience profonde de déréalisation du monde, de soi. Mais l'important est d'avoir la réponse à cette interrogation. 

La plante a parlé au shaman de notre groupe, et lui a dit qu'elle ne pouvait pas faire les choses plus douces pour nous, elle ne pouvait que nous porter dans l'état en question et nous permettre de recevoir ce que nous devions recevoir.
Elle a reçu une guérison de sa part, et en a été très reconnaissante. L'esprit de la plante travaillait comme un nuage de chaleur au dessus de nous, tourbillonnant et se déplaçant avec ses couleurs chatoyantes.
Elle étendait ses "bras" de lumière sur chaque participant, et s'était placée au centre de notre groupe.

Dev m'a expliqué qu'il y a trois anneaux de pouvoir : le premier le cannabis, le plus faible, puis la psylocybine, avec probablement la mescaline, et enfin la DMT. C'est de là que je tire l'idée que ces molécules sont unique, mais cuites et chargées de plus ou moins de mercure. Elles auront alors un effet plus spirituel, ou plus physique.

Il m'a aussi été expliqué que chaque plante psychotrope donne à voir une grille, un pattern géométrique qui se surimpose au monde. Cette grille est parfois animée, colorée, changeante, comme ce fut mon expérience. Que ce soit l'Ayahuasca, l'Iboga, ou d'autres, il y a semble t'il toujours une grille. Ici, elle s'est manifestée sous la forme d'un labyrinthe arc en ciel. Parfois troué, absent, décoloré. Il se réparait grâce à l'action de la plante.
J'ai aussi communiqué avec elle. J'ai compris que la grille était un prisme, et que la lumière que je voyais était ma propre conscience diffractée par elle. J'ai alors reçu un choc affirmatif dans l'ensemble du corps, provenant de mon chakra sahasrara (coronal).
Elle transporte donc bien notre conscience dans notre grille, et nous permet de nous guérir. 



L'action physique est impressionnante. Perte de repères, de coordination, de conscience, hyperventilation avec tétanies, hallucinations visuelles et sensitives (j'ai cru, et vu, que je saignais du nez, ils m'ont alors donné un mouchoir pour que je m'éponge, mais ils savaient bien que je ne saignais pas... l'important était que je réalise que je ne saignais pas !). Visions déformées, vision de la grille sur les personnes et objets aux alentours les yeux ouverts, pupilles totalement dilatées, sorties du corps, spasmes, évacuations de mucus, euphorie, joie, extase, effets psychologiques de perte du sens de la réalité, du sens de personnalité, douleurs physiques, froid extrême général ou localisé, chaud localisé ou général, sueurs très très abondantes, états d’excitation ou de léthargie, impressions de tomber, de voler, de se dilater ... et que sais je encore.

Il est important de demander plusieurs choses lors de ce types de voyages :
Mâcher la truffe en demandant sincèrement : la guidance de son moi supérieur, demander à voir ce que nous devons voir, demander à voir le savoir de la plante.
Dans tous les cas, il faut accepter ce qui se présente et laisser les choses se faire. Un travail shamanique de guérison n'a rien à voir avec une défonce de plaisir. Comme me disait Dev : Bad trips are best trips. Les mauvais trips n'existent pas. C'est ce qui nous enseigne le plus, ce qui nous fait progresser. Les autres trips, ceux d'extase, n'enseignent rien. Il est donc normal, nécessaire et totalement évident que nous allons avoir des épreuves psychiques, énergétiques, et physiques lorsque nous allons partir dans ce voyage. Car il s'agit bien d'un voyage.

La trâme de conscience de ces plantes est très vaste. Au tout début je me suis retrouvé perché 300 mètres au dessus de la jungle, sur une petite plateforme faite de plantes de bois, le tout tenant sur un seul pilier de bois. Au dessous et à ma gauche, des indiens sur les mêmes plateforme. Très probablement l'esprit de shamans ou d'indiens d'amazonie qui sont dans le même voyage que moi. Peut être encore des esprits humains guides qui sont résidents permanent. Le même type de rencontre s'est fait sentir avec le cannabis au début de l'article, et aussi lorsque je pratiquais le Kriya Pranayama, je me retrouvais dans l'Himalaya avec des sadhus en méditation. 
L'état de conscience influence donc notre niveau spirituel. Nous rencontrons les maîtres et les étudiants sur les mêmes bandes de fréquences. Nous ne sommes jamais seuls lorsque nous pratiquons quelque chose de spirituel.

La nuit d'après j'ai rêvé que du mercure métal sortait de ma narine gauche. Ceci m'arrive lorsque j'épure, grâce à une teinture, des métaux lourds. C'est ainsi que mon esprit me communique les faits. Cette plante est donc cuite à un certain niveau déjà, et capable d'effectuer une purge de métaux lourds. Elle est de fait, déjà évoluée. La nuit d'après encore j'ai refait un "trip" dont je n'ai plus conscience. Et cette nuit, j'ai fais une sorte de sortie astrale consciente, mais sans vision. Ce que je sais, c'est que cette plante agit toujours un peu en moi, même si la substance est probablement en très grande partie épurée du corps.

Je pense que je pourrais reprendre contact avec elle par le futur, juste avec mon esprit. J'avais déjà fait cela avec l'ayahuasca, sans jamais pourtant l'ingérer. Le voyage mental ici n'en sera que d'autant plus aisé, car j'ai déjà été en relation avec elle.

L'expérience de l'hallucination est très intéressante d'un point de vue spirituel. La perte de contact avec la réalité fait comprendre que l'esprit, une fois élevé avec un "mercure", perd de sa densité, le monde réel perd de sa réalité. La question se pose alors : qu'est ce qui est réel ? Nous avons la même interrogation lorsque la prise de distance est la même, d'avec notre ego/personnalité. Qui suis je donc alors ?

La réponse est : Je suis. Il n'y a pas de réponse "sonore" ou matérielle à de telles interrogations. Ce qui est réel, EST.

Ceci remet en question la nature réelle du monde, des mondes. L'astral est le monde illusoire par excellence et ce n'est que le monde du degré supérieur au notre. Dans le notre, les formes sont juste plus fixes, plus stables, en somme, moins mercurielles et plus cuites, coagulées, cristallisées, fixées.
Ceci n'empêche pas qu'il ne soit pas pour autant irréel. C'est juste une hallucination, ou entendez création mentale, plus stable. Avec simplement une degré de densité plus fort. En gros, une hallucination collective et divine concrète.

Lorsque nous sommes dans l'astral, le monde matériel n'est que vapeur. Dans ce monde, tout semble si dur pourtant. Nos sens nous trompent donc en fonction de notre degré dans l'illusion. De notre point de vue.

Nous devons donc comprendre le rôle de la Pierre Philosophale dans un tel contexte. Une matière, qui est cuite et fixée, permettant de donner une réponse à l'interrogation profonde de l'homme. Elle donne l'initiation.
C'est une substance qui normalement, se trouve dans la nature (peut être pas sur cette planète, mais comme toute chose naturelle, la nature peut la produire). Elle est donc psychoactive... initiatrice, porteuse de guérison, de régénération sur le long terme.
La question est : est ce que les R+C qui régénéraient pendant 40 jours ne faisaient pas un trip de type shamanique de 40 jours en réalité ? Ma réponse est : c'est bien plus que probable. Les effets sont les mêmes, sauf que nous ne savons pas réellement si il y a un voyage, cela à toujours été passé sous silence. 

La Pierre Phi serait donc LE psychotrope par excellence. Qui de mieux qu'un psychotrope pour un monde d'hallucination divine ? J'ai dis plus haut que deux choses intervenaient dans les substances psychoactives : le mercure, qui est l'hallucinogène, le transporteur de la conscience et le soufre, qui lui, vous porte plus ou moins haut en fonction de sa coction/maturité et qui vous ouvre les portes, il porte aussi la lumière d'en haut. Il est la substance active. Il y a l’ascenseur (mercure) et le bouton de l'ascenseur qui donne l'étage et l'expérience (soufre).

Que se passe t'il lorsque vous ingérez une Pierre multipliée dans ce cas ? Il semble que vous pouvez monter au tout dernier étage. Et vous envoler.

La boucle est bouclée entre shamanisme et Alchimie. Ma compréhension se fait de plus en plus claire chaque jour et les choses s'éclairent sous un nouveau jour.

Je comprend aussi que le Soufre en nous est la conscience (Shiva) fixe. Et le mercure est la Shakti (principe d'élévation et de transport de l'esprit). Le yoga interne Alchimique est donc à la fois une préparation du réceptacle physique et énergétique à ces expériences, mais aussi un système complet d'initiation interne, sans support de substances externes. Car voyez vous, notre glande pinéale produit de la DMT de manière naturelle... très probablement en lien avec la kundalini. C'est un condensateur fluidique porteur du mercure et de notre Soufre, voir dans les cas d'initiation supérieures, d'un Soufre Cosmique Divin Parfait. En fonction de notre degré de coction interne psychique et de la capacité de notre corps physico énergétique à subir la tension de la Lumière Divine Parfaite, nous pourrons aller haut, voir très haut, voir, ultimement haut. 

2 comments:

Marco Zappitelli said...

Je crois que c'est le meilleur texte que j'ai lu.Ca resonne tellement en moi, j'ai aucun doute sur ce que tu ecrit etc... tu as fini de mettre des mots sur des zones que je n'arrivais pas à définir.
Juste qu'est ce que le R+C?

.: Salazius Hermès D'Artigné :. said...

Bonjour Marco,

R+C veut dire "rose croix" ou parfois "rosicrucien" selon le contexte.

Heureux que ce texte ai pu te parler !

Bien à toi,
Salazius