April 25, 2017

Ideas about Blackness

Blackness is an interaction of the Principles, as a Chaos. Or disequilibrated phase of arrangement of the elements. It is a medium phase between two equilibriums.

It is also sometimes seen as a paradoxical phase, because the Principles are almost in fusion, but not able to, and also in the state of separation, but not able to separate exactly and really.

A Turba. A Massa-Turba/tio or action to make something to get out.

Putrefactio has two major phases.

German version of Splendor Solis.

The first one is the peeling and removing the flesh/sulfur from the body (salt) and releasing the principles of the matter. This is the breaking down. Solve. Separatio.

Once the bones are cleaned from flesh, a new body can be construct upon it.

But, by conjunctioof Salt and Sulfur (Red King and White Queen, Sun and Moon), via the Mercury effect, there is a fusion of both, and generating a New Black. So, Conjunctio is the New Black.

There is several "blackness", and they all involve Mercury as responsible for this. He is the one that marries the Principles or make them divorce.

So, in its action, Mercury acts as Cupid or a Bishop, sometimes Venus, blessing, uniting, marrying and magnetizing the King & Queen. Or, as Death, or soldiers, with swords and scythe, cutting the link and separating them, spilling blood & putting into pieces the King's body.

All black are not the same, as all peacock also...

April 20, 2017

Prière d'Hortulain.


Louange, honneur et gloire vous soit à jamais rendue, ô Seigneur Dieu tout-puissant ! Avec votre très cher fils, notre sauveur Jésus Christ, vrai Dieu et seul, homme parfait, et le Saint Esprit consolateur, Trinité sainte, qui êtes le seul Dieu, je vous rends grâces de ce qu’ayant eu la connaissance des choses passagères de ce monde notre ennemi, vous m’en avez retiré par votre grande miséricorde, afin que je ne fusse pas perverti par ses voluptés trompeuses. 

Et parce que j’en voyais plusieurs de ceux qui travaillent à cet art, qui ne suivent pas le droit chemin ; je vous supplie, O mon Seigneur, et mon Dieu ! 

Qu’il vous plaise que je puisse détourner de cette erreur par la science que vous m’avez donnée, mes très chers et bien-aimés ; afin qu’ayant connu la vérité, ils puissent louer votre saint Nom qui est béni éternellement.


In : "Explication de la Table d’émeraude" par Hortulain (XIVe Siècles) traduction extraite de la "Bibliothèque des Philosophes Chymiques", t. I, Paris : Charles Angot, 1672

"The Famous Elixir Of Life"

-- Prepared from Balm --

First of all, we will separate the text into logical parts for more clarity and in order to analyse it together.

1. In the proper season of the year, when the herb is at its full growth, and, consequently, its juices in their  hole vigor, gather at the fittest time of the day (when Jupiter is rising and the Moon in Cancer is applying to a conjunction, sextile or trine aspect thereto), a sufficient quantity of Balm, wipe it clean and pick it; 

2. then put it in a stone mortar, and by laborious beating, reduce it into a thin pap.

3. Take this glutinous substance and put it into a bolt head, which is to be hermetically sealed, place it in a dunghill or gentle heat equivalent thereto, where it must digest for forty days. When it is taken out, the matter will appear clearer than ever, and have a quicker scent.

4. Then, separate the grosser parts, which however are not to be thrown away.

5. Put this liquid in a gentle bath so that the remaining gross particles may perfectly subside.

6. In the meantime, dry and calcine the grosser parts (which remained after the above separation) and extract their fixed Salt, which is to be joined to the liquor when filtrated.

7. Next, take sea Salt, well purified, melt it and by setting it in a cold place, it will dissolve in the humidity of night air and become clear and limpid.

8. Take of both Liquors and mix them thoroughly, and having hermetically sealed them in a proper glass, let them be carefully exposed to the sun, in the warmest season of the year for about six weeks.

9. At the end of this space, the Primum ENS of the balm will appear swimming at the top like a bright green oil, which is to be carefully separated and then preserved.

10. Of this oil, a few drops taken in a glass of wine for several days together, will bring to pass those wonders that are reported of the Countess of Desmond and others; for it will entirely change the juices of the human body, reviving the decaying frame of life and restoring the spirits of long lost youth.
The author who records this curious discovery remarks: “If after the medicine is thus prepared, if any doubt be had of its efficacy, or of its manner of operation, let a few drops be given every day on raw meat to any old dog or cat, and in less than a fortnight, by the changing of their coats and other incontestable changes, the virtue of this preparation will sufficiently appear."

From "The Book of Formulas" by John Hazelrigg 1904 p.22. In RAMS DVD.


Aries - calcine 
Cancer - deliquese 
Leo - digest 
Scorpio - separate
-------------------------------------------------------


Analysis  :

Melissa officinalis
From greek μελισσόφυλλον, melissophullon, signifing « bee's leaf ». 

Melissa is said to be a Jupiterian plant, with essential oil, some said maybe, the EO, comes at the end of the product and is considered to be the ENS. Why not. But a simple Eo can't do the "miracles" of rejuvenation that is said to be done with this ENS. Some also, said that the name "melissa" or "balm" is a code name for another matter, linked with bees, honey ... why not. Who knows ? We have clearly no clues about that. Simply this little text above.

Also, IMO, a simple spagerical preparation can't do this. Here, we are in presence of something that is clearly processed and an evolved Sulfur principle.

1. This is the gathering of the plant with the proper astrological indications. We see that it is important to have the plant in its full vigor, in order to have the substance of "life" in it. 

2.  Make a thin pesto. I guess we have here already a first oxydation of the plant.

3. 40 days putrefaction at approx 40°C, for circulation. 
Taken out, it is clearer than ever ? Not darker ? I guess there is a problem in the translation here ... Maybe it is brighter (like bright dark colour).

4. "separate the grosser parts", ok, do we filter or do we distill ? Which makes a HUGE difference.

5. It seems to be a filtration then. And we let stand the matter in order for the remaining matter to subside. 

6. It seems to be a vulgar calcination with fire. We have the fix salt hereafter. For now, there is no big secrets ...

7. Sea Salt ... Is it the same Salt as exposed in the Leyden Letter ? From Saint Uber (above) ? Like ... the Philosophical Salt ? Dew !? Or is it really normal sea salt ? If we follow the idea of the process we get a deliquescent normal sea salt. Some would say it will attract Spiritus Mundi, but per se, no, it is just water in the air. And there would be the trick and the real thing... In this case, the sea salt must then be prepared philosophically before in order to be made as a proper magnet, and disposed as needed in order to catch the Spiritus Mundi.

8. So now, we take both salts together and the previously filtrered liquor, and we mix them - "in a proper glass" (what does that really mean ?). We let stand the compound for approx. 40 days again, to the sun, in summer. Joining liquors can also mean "to distill them together" and making them united by several cohobations or circulations... 

9. A green oil ? Green is really weird. If it is properly cooked, the swimming oil must be reddish and not crude/green. 

10. A miracle medicine to restore youth comes out of it.

It seems the text is not complete nor really explicit about certain things, and probably that the person who took notes of it had only a partial explanation. This is probably only the top of the iceberg and the real deal is omited. 

April 02, 2017

La Main de Fatma

Ses différents noms :

Différentes représentations de la Main. Parfois avec des poissons, parfois sans oeil, mais toujours avec une grande créativité et des dessins de nature florales.

Main de Fatima, de Fatma par contraction (fille du Prophète), Khamsa (qui veut dire 5 en arabe), Chamsa, Khomsa, Main de Myriam chez les Juifs (sœur de Moise et d’Aaron).


Que ce soit « Main de Fatima », ou de Myriam, l’idée est toujours de lier cette amulette à une présence Sainte de nature féminine.

Ses origines :

Elles sont Païennes, datant de l’époque des Carthaginois, puis largement répandue chez les  Berbères, et a été reprises dans diverses cultures Arabes, Nord Africaines, et Juives selon les vagues migratoires. Cette représentation se retrouve jusqu’en Inde et au Pakistan.

Les interprétations et les associations sont variées et répondent à une intégration différente du symbole via la spiritualité ou le folklore du peuple qui l’adopte. Ce symbole par les musulmans Sunnites la considérant comme haram (illégal, interdit), mais acceptée par les Chiites – qui reconnaît une place à un signe référant à Dieu. Malgré ceci pour les musulmans l'origine de la main de Fatma et du chiffre 5 est liée au prophète Mohamed.
 

"Dans la demeure de Fatima vivaient son père, le Prophète Mohamed, Fatima, son mari Ali et ses deux enfants, Hassen et Hussein. Ils se réunirent sous le même drap et Fatima se joignit à eux. Mohamed leva sa main droite et pria. Alors, l'Archange apparût et dit : Dieu veut vous libérer de votre souillure et ainsi vous purifier, et l'archange Gabriel (Djibriel) se joignit à eux sous le drap."

Peu importe votre culture, ce symbole est devenu universel, car largement répandu et usité de commune façon par bien des peuples, et ceci en renforce grandement l’action. 

 
Vous trouverez mes Talisman Main de Fatma en vente en ligne

Sa description :

Parfois comportant un seul pouce, parfois deux, ici, elle présente un bel équilibre et une symétrie totale, la « main » est parfois représentée avec des poissons (symbole sacré pour les Juifs).


Ici, nous l’avons avec un Œil dans le centre de la paume, présentant selon notre interprétation de symbole universel des mains avec œil, le regard Divin qui transparaît. C’est le « Nazar » en arabe qui veut dire « regard », ou encore, le mataki grec, à rapprocher des traditions d’amulettes à « œil », comme en Turquie avec le Nazar Boncuk. Chose répandue en Arménie, en Iran, en Azerbaïdjan… et toujours lié au « mauvais œil ». Le regard de l’amulette le détournant alors. Cet œil est aussi celui retrouvé sur les navires grecs.  Il est donc souvent appelé « l'œil bleu ». Son autre dénomination est « l'œil de Fatima ». Œil et Main de Fatima sont donc réunis en une seule amulette pour les musulmans.


Ce même symbole peut être aussi vu dans la main des statues de Tara, dans les représentations Hindoue comme Shiva, Ganesh ou des diverses Shakti, dans les mains du Bouddha, - sous forme de lotus parfois aussi -, et moins distinctement, mais de manière toute aussi valable, sous la forme des clous du Christ dans les paumes, le sang étant alors représentatif de la lumière.

D’un point de vue énergétique, c’est le principe du chakra « guérisseurs » pleinement ouvert et actif que l’on retrouve dans les paumes des pieds et des mains. En acupuncture, c’est le point P8 Laogong.

 Sa nature et ses fonctions :

C’est donc ici le symbole d’une main d’une Sainte, en mudra ou geste sacré, d’arrêt des forces adverses et obscures, mais aussi en signe de bénédiction et de paix.

C’est bien une amulette « Mudra », universelle et liée au principe féminin, quel qu’il soit, malgré la nature « culturelle » de ce symbole, ce dernier est trop universel pour être restreint à un seul courant de pensée.

Sa couleur généralement est bleue, traditionnellement utilisé comme une couleur « miroir » qui renvoie les énergies négatives vers leurs sources. Ici, plutôt lié aux forces « Virginales ».

Archétypalement parlant, cette main pourrait aussi donc bien être celle de Myriam, de Marie (Vierge), Guanyin, de la fille de Mahomet, Tara …

La Main dans diverses traditions :

Juste quelques exemples de « mains », utilisées dans diverses traditions, si le cœur vous en dit, vous pourrez par vous-même trouver plus d’informations sur le net.
La main étant un élément très commun dans diverses culture, est associée très souvent à une nature ésotérique et magique. Ainsi, nous retrouvons alors la main de Bouddha, la main de Sabazios, la main de gloire, la main de chiromancie, etc.


Main alchimique de Isaac Hollandus.          Main Chiromantique


Adhaya Mudra 

Ce geste est nommé « Adhaya Mudra », et il symbolise la disparition et le renvoi des peurs. Il se pratique avec la paume face vers l’extérieur et au niveau de la poitrine. Ce mudra exprime également l’apaisement, l’absence de crainte et la bienveillance.



Sources :








March 29, 2017

Paul Sédir : "Les Miroirs Magiques"

Toutes celles et ceux qui ont un jour voulu pratiquer la magie à un certain niveau se sont penchés sur les "armes magiques" ou les outils du magicien. Dans l'attirail en question, se trouve un outil fascinant et dont il est trop peu fait mention dans la littérature occulte, j'ai nommé : le miroir magique.

C'est avec joie qu'on lira, ou relira, l'un des ouvrages les plus complets du genre - un classique -, écrit par Paul Sédir (Yvon Le Loup). Nous avons là un ouvrage dont la lecture, au niveau de la mise en page, de la police, et de la souplesse de la couverture est très agréable à lire, le livre est léger en main et d'un format qui se glissera dans toutes les bibliothèques. Voilà pour les considérations techniques.


Le réel plus de cette édition est le gros, très gros travail de recherche qui a été effectué lors de l'édition de l'ouvrage, rendant alors clairement pertinente la lecture, ce que l'on retrouve alors dans les notes des chapitres. Nous y trouvons une belle érudition et un travail sincère de recherche afin de permettre au lecteur de peaufiner sa lecture et de l'approfondir. La biographie de l'auteur est clairement un plus qui nous permet de mieux savoir qui va nous guider dans ce livre. J'ai beaucoup apprécié cela. 
En effet, quel intérêt de faire une réédition s'il n'y a pas ce plus ? Et c'est ce plus qui je pense devrait guider les amateurs du genre à se procurer l'ouvrage. Beaucoup de points dans la lecture demandent souvent une explication, un surlignage, et des références, qui peuvent alors guider plus loin le lecteur dans ses recherches.

Dans la présentation du livre sur le site de l'édition on lit : "La force de ce livre réside dans ses non-dits et dans ses nombreuses pistes et perspectives de travail...", et comme c'est exact ! Et ce n'est bien sûr, pas un classique pour rien. Sauf qu'il fallait l'exploiter ce livre, comme un filon minier, et c'est une réussite.

Par ailleurs on appréciera vraiment la bibliographie de l’auteur, la bibliographie de l’ouvrage ainsi que la liste des ouvrages cités et perspectives d’approfondissements. Ceci permet alors au lecteur/chercheur ou curieux, d'avoir une idée de l'ensemble des ouvrages cités dans le livre. Et il y en a... 

Voyons la table des matières  :

Préface de l’éditeur, Biographie de l’auteur : Sédir (1871 - 1926), L'hommage à Sédir de Jollivet Castelot, Préface de F. Ch. Barlet : Les miroirs magiques par Sédir, Notes de la préface, Introduction, Notes de l'introduction                                                

CHAPITRE I : THEORIE
I – L’Invisible, II – La Clairvoyance, III – Le Miroir, Notes du chapitre I : Théorie                             

CHAPITRE II : RÉALISATION
IV – Les Royaumes de l’Astral, V – Les Voyants, VI – Classification des miroirs, Miroir de Swedenborg, Notes du chapitre II : Réalisation                                

CHAPITRE III : ADAPTATION
VII – La Pratique, Lucidité au verre d’eau, Miroir Métallique, Miroirs Saturniens, Miroir de sainte Hélène, Formule de Nostradamus : L’appel, Pour une vision, Pour voir une personne, Exorcisme, Formule de renvoi. Mandeb, Miroir des Bhattahs, Communication d’un esprit planétaire, Notes du chapitre III : Adaptation       

APPENDICES
Les Miroirs Magiques de M. Dupotet, traité par Auguste François Lecanu, Les Miroirs Magiques par Papus : Compte-rendu de conférence, Magie orientale : Le Mandeb par Léon Delaborde, Notes des appendices, Références bibliographiques des annexes

BIBLIOGRAPHIE
Bibliographie de l’ouvrage, Liste des ouvrages cités et perspectives d’approfondissements, Bibliographie de l’auteur

Tables des matières, Tables des illustrations  

On y voit plusieurs illustrations qui agrémentent le livre, et rendent le texte plus visuel. Ce que, personnellement, j'aime assez. Je trouve aussi que la 4 eme de couverture, dans un style arabisant, est une bonne idée.


Qui sont les éditions Ether et Egregore ?

"Maison fondée par passion de l’occulte en 2016, les éditions Ether & Egrégore se spécialisent dans la publication d’ouvrages  rares et anciens, méconnus et oubliés.

Avec comme critères principaux la qualité, la vulgarisation et l’accessibilité des savoirs, les ouvrages que nous vous proposons touchent de près ou de loin à l’ésotérisme et à la spiritualité."

Petite maison d'édition à taille humaine, nous avons fait le choix de vous mettre à disposition des ouvrages en édition limitée, avec des tirages de 50 à 100 exemplaires.

On lit aussi en première page du site : "Maison d'édition française et passionnée, les éditions Ether et Egregore sont spécialisées dans la réédition de livres anciens. Librairie ésotérique, elle propose en édition limitée, des livres rares et anciens à prix éthique."

Tout ceci nous fait aimer cette édition qui se veut de qualité, et il est clair qu'il n'y a rien à en redire, le travail et le rendu est au rendez-vous dans l'ouvrage qu'on a plaisir à lire. On ne peut que féliciter cette édition et tirer notre chapeau en ce qui concerne la démarche.

Je vous invite vivement à faire un tour sur leur page facebook et de la liker :


Mais aussi de regarder leur site internet :


et leur blog :


Vous pouvez aussi vous abonner à leur newsletter.

Vous trouverez cet ouvrage au prix de 15 euros sur leur site.

Je remercie vivement Gaethan pour sa générosité et sa disponibilité.

Caractéristiques techniques de l'ouvrage :
232 pages - Livre au format 14 x 21,5 cm.
Made in France - Imprimer sur du papier PEFC.
Dos carré collé - Papier bouffant ivoire 80g.
Une dizaine d'illustrations en N&B.
Edition augmentée et amplement annotée, limitée à 50 exemplaires.

March 23, 2017

Présentation de la tablette des cercles réciproques

par Bragi Bellovaque



La tablette « Cercles réciproques » est un émetteur d’émissions dues aux formes mis au point dans les années 1960-1970, par M. Jean de La Foye, ingénieur agronome et radiesthésiste amateur français. L'appareil est décrit dans son Livre "Ondes de vie, ondes de mort" comme un :

– Outil de radionique (envoi d’émissions à distances),
– Rééquilibreur d’ambiance (géobiologie),
– Mais surtout un formidable outil d’expérimentation « des émissions dues aux formes ».

Cet appareil fonctionne sur le principe énergétique des émissions dues aux formes, étranges émissions que l'on retrouve sur les mégalithes, pyramides égyptiennes et autres Moaïs...

Comment fonctionnent les émissions dues aux formes ?

Ce serait mentir que de dire que ce qui va suivre est une vérité reconnue par tous. Je parlerai donc d’hypothèses de travail puisqu’à l’heure actuelle aucun outil de mesure autonome n’est arrivé à détecter ses émissions par des résultats chiffrés, reconnus scientifiquement, et ce malgré les effets incontestés de ces étranges émissions « de faibles énergies » sur les processus biologiques. Seuls le sourcier et plus généralement le radiesthésiste et ses pendules sont actuellement capables de ressentir les choses.
Il y a deux manières d’expliquer ses émissions.


1/ L'hypothèse scientifique.

Il s’agit de l’hypothèse du Docteur Laurent Souriau, que j’ai personnellement rencontré. Selon lui, ces émissions auraient pour origine des particules appelées neutrinos, générées localement par notre soleil (et plus généralement par d’autres astres lointains). Au contact du champ électromagnétique terrestre, une très faible partie de ces neutrinos se chargeraient électromagnétiquement et deviendraient des neutrinos monopôles contenant soit une charge positive, soit une charge négative. Par la suite, ces particules auraient la capacité d’être attirées par l’ensemble de leur environnement et plus particulièrement sur certaines formes géométriques agissant comme des accumulateurs permettant de générer des phénomènes inexpliqués. La pyramide en est l’exemple le plus connu. Son effet momifiant ne peut être contredit !
Notre tablette pourrait avoir la capacité de capter ces monopôles magnétiques, de les focaliser et de les diriger vers un point précis.

2/ L’hypothèse « ésotérique ».

C’est l’angle de vue du Groupe Totaris, créé par le scientifique et mathématicien Jacques Ravatin. Selon lui, il existe : un champ de cohérence local, avec ses lois, elles aussi locales (c’est simplement notre réalité quotidienne avec ses repères familiers : l’écoulement du temps par exemple ou vitesse de la lumière) et un champ de cohérence globale, préexistant au nôtre et qui serait à l’origine des phénomènes dits inexpliqués. Ce sont nos fantômes, ovnis et autres phénomènes où l’observateur perd ses repères locaux et a l’impression d’entrer littéralement dans un rêve éveillé. Jacques Ravatin parle de fuite des repères par « cumulo-décalaire ». Pour imager cela, il prenait l’exemple d’un observateur sur une voie de chemin de fer et à qui on demande de compter les traverses. À un moment, les traverses se perdent à l’horizon, en un seul point. Il y a fuites des repères et entrées dans le global (c’est comme mettre deux miroirs l’un en face de l’autre… Certains objets seraient capables d’être partiellement immergés dans ces deux réalités ou champs de cohérence. C’est peut-être le cas de notre tablette.


Comment fonctionne la tablette ?


Dans les années 1970, c’est Jean de La Foye, ingénieur agronome français et radiesthésiste qui, au contact du conte André de Bélizal, a développé cette planchette émettrice. Elle fonctionne grâce à 4 concepts développés par M. de La Foye :

1/ la notion d’émissions couleur d’un corps polarisé (12 couleurs non manifestées sur le rayon du cercle et 24 couleurs manifestées sur le double du rayon) via l’étude de la sphère, du disque équatorial et de l’étude du champ vital ;

2/ la présence d’axes directeurs du champ d’émissions dues aux formes via le tétragramme hébreu carré « JE SUIS » représentant le nom de Dieu ;

3/ la loi de compensation ;

4/ le champ vital.


1/ Les 12 couleurs non manifestées du champ de Belizal et les 24 couleurs manifestées

E:\Users\jclemouel\Desktop\Geepi\Cadran.jpg

Tout commença lorsque le Conte de Belizal et M. Chaumery étudièrent les étranges caractéristiques d’une bague antique égyptienne aux propriétés vibratoires étonnantes (bague atlante) et à l’étude d’un étrange objet de la même provenance (pendule égyptien). Les deux chercheurs amateurs se rendirent compte que certains objets aux formes spécifiques (géométriques) avaient la capacité de se charger d’émissions inconnues, capables d’agir sur leur environnement proche et lointain. (ils reprirent eux-mêmes le travail de Enel). En clair, les civilisations anciennes avaient connaissance d’un langage entre de la Matière et l’Esprit.

Afin de partir sur des bases solides, ils repartirent de l’étude de la forme géométrique la plus simple qui soit : la sphère. Armés d’un pendule et d’un stylet, ils mesurèrent les émissions présentes sur une boule de bois et découvrirent qu’elle était le siège d’émissions que par convention mentale, ils nommèrent « de couleur ». Pour l’anecdote c’est avec des petits chiffons de couleurs, en guise de témoins, qu’ils trouvèrent ces émissions…

Fait important, les 12 émissions, dites couleurs, semblaient se déplacer sur la sphère, les unes contre les autres, en respectant la course du soleil.

M. de la Foye repartit des découvertes de ces pionniers et étudia ces émissions en prenant pour support un tronc d’arbre. Là encore, il retrouva les 12 couleurs sur le diamètre du tronc, mais se rendit compte de deux choses : les couleurs semblaient se doubler au-delà du diamètre du tronc et jusqu’au double du rayon du tronc. Il trouva 12 couleurs dites par convention mentale « électriques » et 12 couleurs dites « magnétiques », en clair de polarités opposées. Il trouva aussi que s’il plantait un clou sur ce tronc, la couleur présente au niveau de ce clou était sélectionnée et projetée sur l’axe sud (magnétique terrestre), à 180° d’un cercle dont le 0° serait le nord magnétique -5°. Plus tard, M. de la Foye eut l’idée de désolidariser la course de ces couleurs par rapport au soleil, en rainurant la sphère de bois via un équateur (axes directeurs) et d’y fixer un anneau de sélection (comme le clou de l’arbre). Créant ainsi un émetteur de couleur sélectif : le pendule équatorial.
Reprenant la même méthode il créa ensuite un disque (le disque équatorial) puis la tablette des cercles réciproques.

2/ Les axes directeurs du champ d’émissions dues aux formes

E:\Users\jclemouel\Desktop\Cercles.jpg

Au départ de ses recherches, M. de La Foye suivit les travaux de ses mentors, mais à un moment il se retrouva coincé dans ce langage « couleur » trop restrictif (on était là dans des expérimentations quasi « optiques » si je puis dire, car sans rien de visuel au final). Il lui manquait un procédé de mesure pouvant donner un sens qualitatif à ces mesures. C’est là qu’il fut aidé par M. Jean-Gaston Bardet, architecte et aussi spécialiste de l’hébreu carré. Cette écriture, comme d’autres écritures  anciennes, a cette capacité de reproduire l’énergie développée par le souffle de la prononciation. En clair, si vous écrivez en hébreu carré « ici jaillira de l’eau » et que vous collez ce mot sur un pendule, vous paramétrez automatiquement votre recherche, car selon M. Bardet, il se créait un effet témoin entre le mot et l’objet des recherches. C’est ainsi que M. Bardet débloqua les recherches de M. de La Foye.

Lorsque M. de La Foye étudia le tétragramme hébreu donnant la nature « de Dieu », il se rendit compte que si on mesurait radiesthésiquement chacune des lettres en les rapportant avec les émissions de couleur de la sphère ou du disque émetteur, on pouvait tracer des axes directeurs sur le cercle qui avaient la capacité d’équilibrer définitivement les émissions de la sphère ou du disque : ce qu’il nommait les « axes directeurs du champ de formes » !

Ces axes tracés sur un émetteur ont la capacité de ne jamais saturer ledit émetteur et d’isoler ce dernier de toute influence extérieure : créant un véritable petit univers se suffisant à lui-même : un microcosme

3/ La loi de compensation

La loi de compensation est un dérivé de la loi des semblables utilisé dans la magie opérative. En clair, M. de la Foye s’est rendu compte qu’en dessinant une forme géométrique avec un axe de symétrie tel qu’un cercle, si on posait un objet témoin sur un demi-cercle, on détectait son « fantôme » sur l’autre morceau de demi-sphère. Je vous laisse méditer aux applications pratiques de ce phénomène…

4/ Le champ vital

M. De La Foye, en bon ingénieur agronome, avait aussi étudié les émissions générées par le Vivant. Il s’était rendu compte que la signature du vivant détectable au pendule était manifestée par des séries de cercles se répétant en fractale et se dupliquant, un peu à la manière de la multiplication cellulaire. Là où le vivant semblait se cristalliser par des cercles, le champ physique de la matière, lui, semblait s’y chevaucher, mais sous forme de fractals hexagonaux.


La tablette est donc la synthèse de ces principes !

Elle se compose d’une planchette rectangulaire en bois, d’épaisseur minimum de 2cm découpée dans un matériau de bonne densité pour favoriser le poids de l’émetteur et donc son diamètre d’émission.

Les trous sont la partie la plus importante, car, comme une carte lue sur un orgue de barbarie, elles donnent l’information en faisant passer la planche, d’un objet inerte à un objet possédant des caractéristiques nouvelles (absorption des monopoles magnétiques ou création d’un lien avec le global). Les trous vont non seulement marquer l’existence des trois cercles, mais enclencher la capacité d’accumulation et d’émission de l’objet.

E:\Users\jclemouel\Desktop\me,hir troué.jpg

L’axe vertical et horizontal rainuré va lui aussi ajouter un plus en créant un lien entre les trous principaux, on amplifie la qualité d’émission. Enfin, les axes directeurs du champ de forme vont faire redescendre la fréquence énergétique mesurée en unités Bovis (UB) à un seuil d’équilibre, évitant la saturation de l’émetteur.

Les 3 cercles

Passons au manuel d’utilisation de la planchette.
Elle se compose de trois cercles :
– le cercle nord (car orienté sur le nord magnétique –5° soit au 355°),
– le cercle du centre,
– le cercle sud.

Le cercle nord est le cercle d’origine (point de départ), c’est de lui que part l’émission à générer. Elle peut être une couleur sélectionnée au moyen de l’aiguille traversant de part en part le centre de ce cercle et sur lequel j’ai collé le cadran des 24 couleurs manifestées. 

Le cercle du centre est « le microprocesseur » ou le « coeur » de l’ensemble de la tablette, c’est de lui que partent les axes du champ d’émissions dues aux formes qui équilibrent la tablette. On peut placer sur le centre de ce cercle des amplificateurs (amplificateurs par un ajout de poids ou par d’autres émetteurs d’émissions dues aux formes => boule de pétanque, planchettes rainurées...).

Le cercle sud, répondant aux caractéristiques de la notion de « Loi de compensation », va émettre perpendiculairement au centre de ce cercle, l’émission du cercle nord. On peut y placer le témoin d’une personne à traiter (sur photographie, ou tout autre témoin organique du sujet), un objet à charger (une pierre, un électret, etc.), un contenant et son contenu (produits alchimiques…) ou alors utiliser un fil de cuivre pour guider l’émission jusqu’à une cible ou un autre cercle nord d’une autre tablette : on obtient alors un montage en série.


Vous souhaitez en savoir plus ou commander la Tablette "Cercles réciproques" ? Rendez-vous sur notre page : 

E:\Users\jclemouel\Desktop\cercle.jpg


Nous vous proposons de vous la fabriquer moyennant une participation financière de 50€ (hors frais d’envoi). La tablette sera réalisée par nos soins, sur une planche de chêne d’une épaisseur de 2 cm, selon les proportions indiquées dans le Livre « Ondes de vies, ondes de morts » de M. Jean De La Foye.

A noter la création d'une Nouvelle tablette « Cercles réciproques » en POM (polyoxyméthylène).
2,5kg. 
3,3 cm d épaisseur
30cmx18,6cm, donc proche du nombre d or (30+18,56/30, je suis a 1,62)

E:\Users\jclemouel\Desktop\Geepi\Tablette_résine.jpg

Alors que la planchette en chêne est mesurée 24 000 unités Bovis et 55% de densité vibratoire, ces planchettes d'extérieures sont à 24 000 ub et 75% de densité vibratoire. Donc un gain de capacité d’émission de 20%, amenant à une amplification de l’intensité de la charge et du rayon d’action.

Grâce à sa structure et une haute cristallinité, le POM offre de très bonnes caractéristiques physiques :
  • résistance élevée à la traction et aux chocs ;
  • excellente résistance à la fatigue ;
  • très bonne résistance aux agents chimiques ;
  • excellente stabilité dimensionnelle ;
  • bonnes caractéristiques d'isolation électrique ;
  • bonne résistance au fluage ;
  • faible coefficient de frottement et très bonne résistance à l'abrasion ;
  • large plage de température d'utilisation.
  • Idéal pour un travail géobiologique en extérieur.
E:\Users\jclemouel\Desktop\Tablettes2.jpg

Coût de fabrication de cette planchette, à définir selon nombre de pièces commandées (100 à 180€ l'unité).

Bragi Bellovaque, pour le Geepi